Concerts / Beauty Dissolves in a Brief Hour

  • 21 février 2011
    19h00
Chapelle historique du Bon-Pasteur
100, rue Sherbrooke Est

Œuvres de Klanac, Rea, Shi.

Triptyque sur le thème de l’amour, Beauty Dissolves in a Brief Hour réunit tout en finesse trois poèmes chantés par Krisztina Szabó et Xin Wang accompagnées d’un accordéon. La compagnie torontoise Queen of Puddings Music Theatre vient nous présenter une version concert de sa toute dernière création, où trois œuvres de compositeurs différents écrites sur des poèmes d’époque et de cultures éloignées — et commandées pour l’occasion — sont placées côte à côte. De la France médiévale à la Chine de la dynastie Tang en passant par l’Italie de la Renaissance, du français médiéval à l’anglais en passant par le mandarin, c’est un véritable voyage à travers le temps et les époques qui nous est proposé ici.

------------

Au début de l’année 2009, nous avons formulé deux désirs artistiques liés: nous voulions commander des nouveaux opéras de chambre à trois compositeurs canadiens en particulier (Pierre Klanac, Fuhong Shi, John Rea), et nous voulions que ces trois opéras soient chantés ensemble sous la forme d’un triptyque. Deuxièmement, nous voulions que ce triptyque soit le deuxième opéra spécialement réalisé pour notre nouvelle tournée internationale. Nous pensions que la combinaison de deux voix féminines et d’un accordéon nous apporterait un son délicat et raffiné, soutenu par une harmonique complète, alors que les effectifs légers nous autoriseraient une tournée flexible et transportable.

Nous avons demandé aux trois compositeurs de choisir des textes inspirés par l’amour et la beauté. Comme le compositeur québécois Pierre Klanac, qui vit désormais en France, aime mettre en musique des textes médiévaux français, nous avons collaboré à ses recherches jusqu’à ce qu’on découvre le texte de Christine de Pisan, Jeux à vendre, duquel Pierre a utilisé des extraits.

La poète médiévale française Christine de Pisan, était la première écrivaine professionnelle d’Europe (1365-1430). Son œuvre poétique est remarquable à la fois pour sa maîtrise technique des formes acceptées à cette époque, et pour son inventivité qui lui a permis de sérieusement défier ses confrères renommés de l’époque. Elle excellait dans le domaine de la poésie courtoise et ses formes métriques complexes: ballades, lais et rondeaux. Son poème Jeux à vendre est un jeu d’esprit très vivant, typique de cette époque.

Au début, la compositrice chinoise Fuhong Shi souhaitait clairement mettre en forme un poème de la dynastie Tang et elle choisit Printemps, rivière et fleurs, lors d’une nuit de pleine lune, de Zhang Ruoxu. Ce poème allie la poésie et le lyrisme à l’esthétique de la calligraphie, de la peinture, de la philosophie et du théâtre chinois, pour faire l’éloge de l’amour et des émotions humaines, ainsi que pour explorer le réel sens de la vie et le profond mystère de l’univers. Il décrit en ce sens cinq images renvoyant à un sublime paysage naturel, le printemps, la rivière, les fleurs, la lune et la nuit. La lune, tout particulièrement, fonctionne comme un symbole pivot, à travers des images personnifiées imbriquées tout au long du poème. Nous avons demandé à Fuhong d’employer le texte dans sa langue maternelle, le mandarin.

Le compositeur montréalais, John Rea, a choisi le texte La beauté se dissout en une petite heure, composé de quatre poèmes italiens du XVIIe siècle. Ayant servi autrefois de paroles pour la compositrice vénitienne Barbara Strozzi (1619-1677), alors connue comme «la virtuosissima cantatrice», ces textes furent rédigés par deux écrivains: son père, le poète et librettiste Giulio Strozzi (1583—1652), et très probablement Giovanni Francesco Loredan (1607—1661), ou Loredano, une personnalité publique vénitienne qui rassemblait autour de lui un groupe d’intellectuels, de littérateurs, de philosophes et de musiciens incluant Monteverdi, tous membres de sa libertine «Academia degli Incogniti» («Académie des Inconnus»). Ces textes, presque toujours construits à partir d’un point de vue féminin, sont tous des poèmes d’amour et se tournent invariablement vers les souffrances causées par un amour sans retour, présenté à travers un large panel d’émotions, allant de l’ironie moqueuse à la mélancolie larmoyante. Parlant couramment italien, John Rea a assuré lui-même la traduction anglaise des textes.

Dáirine Ní Mheadhra, Directrice musicale (Queen of Puddings Music Theatre). Traduction française: Marion Sivy

Participants

Programme

Coproduction MNM / Queen of Puddings Music Theatre en collaboration avec la Chapelle historique du Bon-Pasteur