Mot de la direction

Le début d’un temps nouveau?

Cette septième édition du festival Montréal / Nouvelles Musiques propose comme thématique une exploration des deux sujets «brûlants» d’actualité que sont l’environnement (ou les environnements) et les nouvelles technologies.

Impossible d’y échapper, à moins de vivre sur Mars… et encore!

Alors, que diable vient faire tout ceci à MNM 2015?

La musique, ou plutôt les pratiques musicales, n’échappent pas à leur temps et reflètent — chacune à sa manière — les préoccupations «contemporaines» de leurs artisans. Ces 25 dernières années, l’apport des nouvelles technologies dans la présentation de concerts et d’autres manifestations musicales a été fulgurant, et ces dernières se développent (encore) à un rythme hallucinant: électroacoustique, vidéo interactive, hologrammes, surround sound, échantillonneurs, instruments «virtuels», logiciels de transformation du son et autres ne sont que la pointe de l’iceberg d’une profonde transformation qui affecte notre perception de la réalité du phénomène sonore.

Qui plus est, nous sommes littéralement plongés dans des «environnements» multiples qui viennent moduler sensiblement le profil des expressions artistiques, quelle qu’en soit la provenance. Des quelques 40 concerts et activités à l’affiche de MNM 2015, tous — sans exception — feront référence «dramatique» à ces deux pôles, que ce soit la mythique Atlantide de Michel-Georges Brégent, faisant écho à la plus grande catastrophe écologique de la mythologie grecque, Le nubi non scoppiano per il peso! de Mauro Lanza avec sa machine à pluie numérique, ou encore la gigantesque Turangalîla-Symphonie d’Olivier Messiaen, où résonnèrent pour la toute première fois à l’orchestre, en 1949, les sons électroniques des ondes Martenot!

Depuis ses tout débuts en 2003, chaque édition du festival MNM a été singulière, et celle de 2015 n’échappe pas à la règle. Elle a été façonnée grâce à de précieuses collaborations du milieu et au soutien des divers paliers de gouvernements et ce, malgré un contexte difficile. Et aussi grâce aux artisans culturels, collaborateurs, bénévoles et membres de l’équipe pour qui livrer cette édition fut un défi de taille, qui a exigé une patience à toute épreuve et une volonté farouche.

Enfin, nous nous souhaitons de franchir ensemble, dans un esprit avide de découvertes, chaque étape de ce singulier voyage qu’est MNM 2015, une formidable saga à saveur «écologique» de 10 jours à suivre de près!

Bon festival!

Walter Boudreau
Directeur artistique

Aïda Aoun
Directrice générale