Concerts / Atlantide

  • 26 février 2015
    19h00
Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau
300, boulevard de Maisonneuve Est

Œuvres de Brégent, Breuleux, Cage, Lebrat.

Rencontre pré-concert avec Richard Lavallée et René Bosc animée par Yanick Villedieu, 18h15

Pour l’ouverture du festival MNM, la Société de musique contemporaine du Québec ressuscite le mythe de l’Atlantide en nous offrant un concert titanesque. Pas moins de 12 chanteurs et 16 musiciens plongeront à vos côtés pour interpréter cette œuvre réputée injouable. Faisant écho à nos préoccupations environnementales tout en nous immergeant dans les nouvelles technologies, l’Atlantide nous emporte dans un véritable tourbillon d’émotions et de mélodies dignes de la fin des temps… en gardant une note d’espoir!

Participants

Programme

Production SMCQ en collaboration avec Festival MNM, codiffusion Montréal en lumière

Entrevue avec Walter Boudreau, directeur artistique de la SMCQ

Parlez-nous de l’œuvre Atlantide

C’est une œuvre exceptionnelle qui intègre pratiquement tous les instruments existant sur terre! Une abondance qui fait écho aux richesses du royaume englouti. À cela, rajoutez les technologies d’hier et d’aujourd’hui intégrant les esthétiques musicales les plus diverses et vous obtiendrez ce que j’appelle de la «musique totale».

Quels sont les enjeux de son interprétation?

Michel-Georges Brégent avait écrit cette œuvre en 1985 pour un enregistrement radio. Pratiquement injouable en concert dans sa version originale, notre réorchestration permet de redonner vie à cette œuvre mythique, tout comme les avancées technologiques qui rendent possible l’exploration de nouveaux territoires sonores.

Une bonne raison de plonger?

La légende de l’Atlantide a toujours fasciné l’imagination populaire et en a inspiré plusieurs. Ce sera certainement la seule fois où l’immersion musicale nous emmènera si loin, et ce, quels que soient les cataclysmes qui nous attendent à l’avenir.

Atlantide

Atlantide, mythique contrée,
Vaisseau d’or « taillé dans l’or massif » 
         englouti dans les colères de la mer
Civilisation naufragée dans les abysses
         de la mémoire des hommes.

Atlantide, île de légende, de fiction,
         exemple à ne pas suivre,
         politicienne, mercantile, conquérante
Punie pour ton orgueil, dit-on.

Ou, peut-être, véritable cité
         tout bêtement détruite par la gigantesque éruption
         d’une île de la Méditerranée
il y a presque 4 000 années.

Atlantide, depuis Platon,
les philosophes t’ont conscrite dans leur sagesse,
les historiens t’ont cherchée, les archéologues t’ont pourchassée,
les poètes et les écrivains t’ont imaginée,
les bédéistes t’ont dessinée,
les romanciers et les cinéastes t’ont rêvée.

Sans jamais te trouver.

Mais ce soir, Atlantide, par la musique et par le chant,
         tu vas nous être révélée.
Ce soir, enfin, tu ré-émergeras, tu dé-naufrageras,
         comme un Vaisseau d’or
         qui s’arracherait « aux profondeurs du gouffre »

         pour n’avoir pas « sombré dans l’abîme du rêve ».

Yanick Villedieu