Concerts / Brégent: Portraits romantiques (1966, version 1988 / extraits)

  • 4 mars 2017
    19h00
Chapelle historique du Bon-Pasteur
100, rue Sherbrooke Est

Christina Petrowska Quilico interprète les œuvres de Michel-Georges Brégent.

«Le lien entre les émotions et la mathématique n’est pas très évident», énonçait Michel-Georges Brégent. «Mais je l’ai découvert en faisant les Portraits pour piano. J’avais encore besoin d’une montée spectaculaire avec un pianiste jouant comme 6 en même temps et puis, à un moment donné, intuitivement j’ai carrément plafonné… mais par l’utilisation des mathématiques, j’ai réussi à faire marcher cet homme un pas plus loin. J’ai réalisé aussi que si l’on parle d’une émotion comme l’amour, (…) ceci en musique peut s’exprimer de façon mathématique…» S’exprimer. Exprimer sa liberté et sa subjectivité. Se sortir de la froideur et du carcan expirique rationnel et structurel de la pensée «paramétrique» là où tout est contrôlé. «Ces Portraits pour le piano dessinent ou dépeignent des états d’être, illustrent des situations sociales, des professions et métiers. Ils sont la suite logique voir le complément des études d’exécution transcendantale de Liszt et Liapunov, des études de Chopin, de Scriabine et des études tableaux de Rachmaninoff

Participant

Programme

Coproduction MNM/ Chapelle historique du Bon-Pasteur