Chicoutimi (Québec), 1944
Visual artist

Comédien, metteur en scène, scénographe, directeur artistique.

Il a d’abord étudié au Conservatoire de musique de Québec puis à celui de Montréal, ainsi qu’à l’École Supérieur de musique Vincent-d’Indy; il a ensuite fréquenté le Conservatoire d’art dramatique de Montréal.

Il a également dansé avec les Ballets du XXe siècle de Maurice Béjard.

Il a participé à la fondation du Théâtre National pour enfants les Pissenlits (1968-83, avec Jean-Yves Gaudreault), de Chants Libres (en 1990, avec Pauline Vaillancourt et Renald Tremblay) et, enfin, du Festival Molière de Charlevoix (1989-96), lequel a dû cesser ses activités à l’arrivée du Casino du Manoir Richelieu.

Pour le théâtre, il a dirigé entre autres la création de Ne blâmez jamais les Bédouins de René-Daniel Dubois au Théâtre de la Manufacture en 1982, La Société de Métis de Normand Chaurette au Théâtre d’Aujourd’hui en 1987, et Une histoire à dormir debout au Théâtre Français de Toronto, prix Chalmers de la meilleure production pour enfant, 1984.

En tant que scénographe, il a signé une quarantaine de conceptions, notamment celle de Ne blâmez jamais les Bédouins (version opératique qui a tournée au Canada, en France et au Venezuela, 1991).

Au Théâtre Français de Toronto il a monté Un Caprice et Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset en 2000 et Les Fourberies de Scapin au Théâtre Denise-Pelletier en 1998, où selon la critique «Il a exalté, avec une distribution d’une éclatante jeunesse, la violence des sentiments et la fougue des premières amours.»

Par surcroît, il a aussi monté de nombreux spectacles avec des humoristes, dont Louis-José Houde, Marie-Lise Pilote, Patrick Groulx, Laurent Paquin, Martin Petit, Les Denis Drolets, Sylvain Larocque, Jean-François Mercier, Pierre Hébert, Philippe Bond et Dominic Paquet dont certaines de ces productions ont remporté plusieurs trophées au Gala les Olivier.

«Son style de mise en scène conjugue fluidité chorégraphique et une approche musicale des textes, qu’il aborde essentiellement comme des partitions, avec une attention particulière au croisement des regards.» — Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, édition Québec Amérique.

[ix-17]

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.