Montréal (Québec), 1977
Compositeur

Félix-Antoine Morin explore différentes formes de langages abstraits dans le domaine des arts, anciens ou nouveaux, sonores ou visuels. Très tôt, il se plonge dans l’expérimentation audio sur bande magnétique et archive quantité de collages sur quatre pistes. Son parcours académique est d’abord marqué par des études en arts visuels à l’UQÀM (1998). À la même période, il se produit régulièrement en tant que disc-jockey. Il est entre autre en résidence à L’Union (Montréal). À compter de 2006, il étudie au Conservatoire de Montréal, avec Louis Dufort et Yves Daoust, la composition et l’analyse de la musique électroacoustique ainsi que les nouvelles technologies de création numérique. Au cours de l’année 2007, il prend part au collectif théatral Parabolik Guerilla dans le cadre de Symbolocaust, performance multimédia inspirée du butoh et du chamanisme. Il est membre du trio instrumental tttttttttttttttttttt, basé sur l’improvisation, avec lequel il sort un album sous l’étiquette Evoc in Evens (2006) et deux autres avec Brise-cul-Record (2007-2008). Sa démarche l’amène à collaborer avec des créateurs issus de champs variés tels que les musiciens de Nuclear Ramjet (2006) et le chorégraphe canadien Serge Bennathan (2008). Le jury international du concours JTTP lui accorde en 2008 le deuxième prix pour Feed Metal Dirt. Ces pièces ont été diffusées à plusieurs endroits au Canada dont au Sound Play Festival (Toronto), puis à Berlin au Em-Horen, en France, en Turquie, en République Tchèque, en Suède et au Chili. En 2009, il reçoit une commande des productions Totem Contemporain pour travailler avec les instruments inventés du compositeur Jean-François Laporte. La production actuelle de Félix-Antoine Morin s’oriente vers la création d’un language stratifié mariant la musique électroacoustique et le cinéma dans un environnement immersif.

[ix-09]