Allemagne, 1951
Compositeur

Jacob ter Veldhuis débute sa carrière en tant que musicien de rock. Par la suite, il étudie la composition et l’électronique au Conservatoire de Groningen. Compositeur indépendant, il se fait connaître dans les années 80 dans des œuvres où, sans pour autant tomber dans la mièvrerie, la mélodie tient une place importante. Il fait un usage intéressant de l’électronique en incorporant dans ses œuvres des échantillons sonores de la Guerre du golfe, de Chet Baker, du Jerry Springer Show etc. Ses oeuvres sont jouées très régulièrement tant en Hollande qu’à l’étranger.

Parmi les interprètes de ses œuvres, mentionnons le Royal Concertgebouw Orchestra, le Netherlands Quartet, le Quatuor de saxophones Aurelia, Electra, l’Ensemble de musique contemporaine de Moscou, Philharmonie Haarlem et le Nederlands Blazersensemble. Il a également collaboré avec plusieurs chorégraphes notamment Hans van Manen et Nanine Linning. Enregistrées sur plus d’une trentaine de disques, ses œuvres ont été jouées dans de nombreux pays d’Europe, ainsi qu’en Amérique du Nord, en Australie, et en Asie.

Figure controversée pour certains, Jacob ter Veldhuis souhaite sortir la musique contemporaine de son isolement. Il utilise la mélodie et la tonalité, d’une manière qui paraît provocante pour certains tout en ayant le mérite de rejoindre directement les autres.

[xi-07]