Wilmington (Delaware, ÉU), 1959
Compositeur

Benjamin Thigpen, nomade, américain de naissance, français par naturalisation, vit actuellement entre la France, la Belgique, l’Italie, la Suède et le Canada. Après avoir quitté le conservatoire, il a obtenu des diplômes en littérature anglaise (Oberlin College), en littérature comparée (UCLA) et en “Esthétiques technologies et créations artistiques” (Université de Paris 8). Il a enseigné l’informatique musicale pendant six ans à l’Ircam (Paris) et pendant sept ans au Conservatoire de Cuneo (Italie). Il est actuellement enseignant d’informatique musicale, d’acoustique et de psycho acoustique aux Arts2 (Belgique) ainsi que réalisateur en informatique musicale.

Il est créateur de musique pour haut parleurs: purement électroacoustique; performance live; musiques interactives pour ordinateur et instruments acoustiques. Il compose souvent en multi-canal, en travaillant l’espace comme paramètre compositionnel primaire. Il compose au GRM (Paris), à EMS (Stockholm) à VICC (Suède), au STEIM (Amsterdam), à l’Espace Totem (Montréal), chez lui et dans le train. Il joue en duo avec le compositeur et inventeur d’instruments Jean-François Laporte (Rust), avec le musicien électronique et compositeur Stefano Bassanese (Les frères bobine), avec le violoncelliste Benjamin Carat (Fluid Identities) et avec le percussionniste Seijiro Murayama.

Il a fait paraître deux CD monographiques : divide by zero (2011, Sub Rosa) et human for scale (2004, EMF Media). Sa pensée musicale est axée sur l’énergie, la densité, la complexité, l’impermanence, l’intensité et la violence. Il pense que la musique est une expérience vécue viscéralement plutôt qu’un langage; et il considère qu’elle n’est pas l’art du son, mais l’art de la transcendance du son.

[ii-15]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.