Vincent Ranallo

1969

  • Interprète (baryton)

Le baryton Vincent Ranallo mène une carrière orientée principalement vers le concert et la création. Reconnu pour la beauté et l’expressivité de sa voix et pour la conviction contagieuse de ses interprétations, il se produit avec un nombre croissant d’ensembles et lors de nombreux festivals tels que Ear Heart Music (New York), Athelas New Music Festival (Copenhague), New music Concerts (Toronto), GroundSwell (Winnipeg), NeWorks (Calgary), Ottawa Chamberfest, New Music Creators (Ottawa), le Centre d’Arts d’Orford, Aventa (Victoria B.C), l’Orchestre de chambre McGill, I Musici, l’Orchestre Métropolitain, l’Ensemble contemporain de Montréal, les enfants terribles, la SMCQ, l’ensemble KORÈ, Chants Libres, le Nouvel Ensemble Moderne, Bradyworks, Codes d’accès, Métropolis bleu, Musimars, Montréal Baroque, le Festival international de musique actuelle (Victoriaville), le Quatuor Bozzini ou Paramirabo.

Il a créé le Te Deum d’Éric Champagne au Carnegie Hall de New York avec le New England Chamber Ensemble. Ses récentes interprétations de Kassandra de Iannis Xenakis, de Eight songs for a mad king de Peter Maxwell Davies, de Wanmansho de Gabriel Dharmoo et de O Mensch! de Pascal Dusapin, parfois en premières canadiennes et nord-américaines, furent accueillies avec enthousiasme par la critique et les mélomanes. Sa démarche artistique s’enrichit des influences du théâtre et de la danse, ainsi qu’en font foi une formation en danse classique aux Grands ballets canadiens ainsi que maintes collaborations avec des chorégraphes telles que Marie-Josée Chartier et Estelle Clareton. Ranallo participait au premier enregistrement d’œuvres sacrées du compositeur québécois Auguste Descarries paru chez Espace XXI. Récemment, il était en studio pour graver Eight songs about: symphony #7 de Tim Brady à paraître chez Starkland.

[v-18]