In C [CD]

Programme

    • 01 Terry Riley, In C (1964)

      ensemble, chœur et voix principale

    • 02 Donald Steven, Straight on Till Morning (1985)

      flûte (et flûte alto), clarinette (et clarinette basse), saxophone alto (et saxophone baryton), synthétiseur, deux percussions, alto et bande

    • 03 Michel-Georges Brégent, Atlantide (1985) (extrait)

      voix, divers ensembles, sons électroacoustiques et sons environnementaux

      Commande: Société Radio-Canada (SRC)

      • 1. La création d’Atlantide
      • 2. Le chant des Atlantes
      • 3. Poséida (les royaumes)
      • 4. Les liens ancestraux (le fil d’Atlas)
      • 5. Le chant de la nature (les cosmopolites)
      • 6. Complainte des villes solitaires
      • 7. Les dômes de la profusion
      • 8. L’Atlantide apocalyptique

Présentation

Enregistrement en direct lors du concert Orient-Express le 12 juin 1997 à la Salle Pierre-Mercure à Montréal.

J’ai découvert In C en 1969 alors que je m’étais rendu à Québec dans l’espoir de convaincre un fonctionnaire du Ministère de la Culture d’aider financièrement l’Infonie. Considérés comme «bizarres», notre mentor avait choisi de nous donner, au lieu de la subvention espérée, un disque qui croupissait dans sa collection, de toute évidence soulagé de se débarrasser de cette musique ainsi que de ma personne! J’avais été immédiatement fasciné par cette oeuvre sans instrumentation précise, exclusivement basée sur une pulsation régulière en croches, sur laquelle viennent s’apposer des motifs de durées variables, repris et répétés librement par les interprètes, la seule consigne étant d’avancer chronologiquement dans le texte.

Conséquemment, on constatera à l’écoute que personne n’est exactement au même endroit en même temps (quoique que cette situation puisse se produire). Ce processus d’osmose pourrait être décrit comme une sorte «d’atome» concentré, un motif quelconque repris par une majorité d’instrumentistes, entouré de plus petites particules éparses, qui sont soit des motifs en dissolution, soit des motifs anticipés. Ceux-ci deviendront pendant un certain temps l’atome principal pour ensuite se dissoudre progressivement et ainsi de suite.

In C a été enregistrée en direct à la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau à Montréal, lors d’un concert de la SMCQ en juin 1997. On notera la présence d’un chœur mixte, installé au balcon de la salle. Le texte chanté et publié dans ces pages a été écrit par Raôul Duguay comme une sorte de karaoke-contemporain sous forme de cosmogenèse et peut être chanté par le public. Les interventions de Raôul comme «soliste», agrémentent un orchestre composé de bois, cuivres, percussions et cordes, auxquels viennent se greffer une harpe, un sitar et des tablas. Une introduction sous forme de prélude libre, (un peu à la manière des Ragas Indiens) précède l’œuvre, question de réchauffer le public et les interprètes.

Presque quarante après sa création, In C fascine toujours et sa pérennité encore plus évidente, (Drumming, de Steve Reich en est une conséquence directe...) comme en témoigne de toute évidence la réaction spontanée du public en cette «chaude» et magique soirée du 12 juin 1997.

  • Format: CD
  • Étiquette: Atma
  • Année de parution: 2000
  • Numéro de catalogue: ACD 22251

Composer au présent!

La SMCQ vit au rythme effervescent de la création musicale depuis maintenant près de cinquante ans. Avec ses concerts réguliers, sa Série hommage, son Festival international et ses activités jeunesse, elle est à la fois une tribune pour les compositeurs d’aujourd’hui et une fenêtre ouverte sur la création pour tous.

Page cat@acd_22251 générée à Montréal par litk 0.600 le mercredi 2 juillet 2014. Conception et mise à jour: DIM.