Œuvres de Dufourt, Leroux et Stahnke.

C’est avec une petite boîte à musique du Vieux Francfort que le Nouvel Ensemble Moderne débute son concert. C’est du moins le tableau que brosse le compositeur Manfred Stahnke de Frankfurt Musicbox, une œuvre rappelant cet ancien objet folklorique: des hauteurs de sons plutôt instables, un rythme qui hoquette, un être vivant, aux penchants mélancoliques dans certains passages… Le compositeur allemand sera d’ailleurs sur place pour commenter son œuvre, tout comme les Français Hugues Dufourt et Philippe Leroux dont les œuvres sont aussi au programme. Dufourt, également philosophe de renom, présentera Euclidian Abyss, une œuvre polémique contre la géométrie en art. L’octuor se réfère à la toile du même nom de l’artiste américain Barnett Newman (New York, 1905-1970) et rouvre en quelque sorte, dans le domaine de la musique, la problématique que suscitait le tableau dans l’ordre plastique. À son tour, Philippe Leroux présentera (d’)Aller, un «concerto pour violon», où le soliste, ici Alain Giguère, y est pensé comme un catalyseur, traversant les éléments de la matière orchestrale à la manière d’un rayon de soleil qui fait resplendir un vitrail. C’est la seconde fois que le Nouvel Ensemble Moderne présente (d’)Aller dans le cadre du festival MNM offrant ainsi au public montréalais la possibilité d’une deuxième écoute de cette œuvre majeure du compositeur.

Participants

Programme

Coproduction MNM / NEM

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.