En ouverture de la 39e saison de la SMCQ: In Extremis

Un concert événement placé sous le signe de la démesure

Communiqué de presse

Montréal, le Vendredi 22 octobre 2004 — Le 22 octobre prochain, la Société de musique contemporaine du Québec ouvre sa 39e saison avec un concert événement aux contours inclassables, réunissant sous le thème de la démesure des œuvres qui posent un défi à nos réflexes d’auditeurs. Des œuvres aux caractères à la fois forts et diversifiés, et dont la rencontre met en relief les choix extrêmes, hautement contrastés d’un Alain Thibault, d’un Raynald Arsenault, d’un Paul Dolden, d’un Walter Boudreau ou d’un Denys Bouliane… En prime, une œuvre pour voix et ensemble de la compositrice flamande Petra Vermote, lauréate du prix de composition Québec-Flandre 2003. In Extremis: un concert fleuve articulé en trois parties (19 h, 20 h et 21 h), qui nous fera passer de chocs esthétiques à surprises acoustiques, d’extrême subtilité à densité maximale, de fortissimo à pianissimo, pour une vision élargie des modes de création et de la richesse du répertoire actuel.

Par sa longueur, sa densité et son originalité, In Extremis ne constitue donc pas un concert traditionnel. Pour mieux absorber le choc, les quelque deux heures de musique seront entrecoupées de longues pauses propices aux agapes et précédées d’un cocktail de bienvenue, de façon à former une soirée complète, de 18 à 22 heures. On y promet hallucinations électroniques, méditations acoustiques, architectures cosmiques et pianistiques, sonorités inouïes, paysages tordus et voix éclatées…

Au programme

En première partie, à 19 h, on pourra d’abord entendre Tsizj, de la compositrice flamande Petra Vermote, œuvre lauréate du Prix Québec-Flandre 2003. Tsizj est constituée de cinq chants pour soprano et six instruments qui seront interprétés par la soprano Ingrid Schmithüsen, soliste invitée à In Extremis. En opposition à la délicatesse de la voix, le Cauchemar climatisé d’Alain Thibault, pour marimba et bande - une commande de la SMCQ créée en 1995 dans le cadre d’Électronie - est une œuvre dense et puissante qui sera interprétée par Julien Grégoire au marimba.

La seconde partie, à 20 h, débutera avec une œuvre à l’esthétique minimaliste, contrepoids à sa grande intensité émotionnelle: L’Après (L’Infini) de Raynald Arsenault, pour flûte en sol, cor anglais, piano, percussion et violoncelle, créée à la SMCQ en 1993, et placée à nouveau sous la direction de Walter Boudreau. La texture très aérée de cette œuvre profondément bouleversante est mise en parallèle avec une pièce pour bande d’une densité sonore pratiquement inégalée: Beyond the Walls of Jericho (1991-92), de Paul Dolden. «… l'auditeur est complètement submergé par les sons. Le volume intense est important pour transmettre le contenu de mon œuvre d'une manière directe, physique et émotionnelle qui stimule l'être tout entier. Cet état de surexcitation contagieuse devrait être ressenti sur un plan écrasant, quasi transcendantal», écrit l’auteur.

En troisième et dernière partie, à 21 h, le pianiste Louis-Philippe Pelletier, invité de cette soirée toute particulière, interprétera Les Planètes de Walter Boudreau, pour piano solo. Créée en 1998 dans le cadre d’un concert de la SMCQ entièrement consacré à l’art de ce pianiste québécois hors du commun, Les Planètes lui sont d’ailleurs «affectueusement» dédiées. Et pour conclure ce feu d’artifice sonore et esthétique, quoi de plus approprié que Paysage Qu., de Denys Bouliane, pour 12 instrumentistes placés sous la direction du compositeur. Commande de la SMCQ créée en 1992, l’œuvre est déjà, en elle-même, un hommage à la démesure. «Paysage Qu. … est dédié à Michel-Georges Brégent, à sa magnifique et admirable folie et à sa merveilleuse générosité. Son image restera toujours pour moi inséparable de mon petit paysage québécois imaginaire. Ce morceau de musique lui doit beaucoup.» (Denys Bouliane, 1993)

Le concert aura lieu à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau, le vendredi 22 octobre 2004 à compter de 19 h. À 18 h, lors d’un cocktail de bienvenue, la SMCQ lancera son «explosive» 39e saison et présentera la lauréate du prix Québec-Flandre 2003. Le coût des billets est de 25 $ (régulier), 12.50 $ (50 ans et plus) et 10 $ (étudiants). Des boîtes à lunch seront disponibles sur place, non comprises dans le prix du billet. Pour réserver, il faut appeler le 987-6919. Il sera également possible de devenir membre de la SMCQ. Pour de plus amples renseignements, on compose le 514-843-9305 ou on consulte le site Web à www.smcq.qc.ca.

— 30 —
Source: Dominique Olivier pour la SMCQ
Attaché de presse: Alain Labonté, 514-523-9922

La SMCQ tient à remercier de leur soutien: Le Conseil des Arts du Canada, le Conseil des arts et des lettres du Québec, Patrimoine canadien, le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le ministère des Relations internationales du Québec, le Fonds de stabilisation des arts et de la culture du Québec, le Conseil des arts de Montréal, la Faculté de musique de l’université McGill, la Ville de Montréal, la Fondation SOCAN, Espace musique, la nouvelle radio musicale de Radio-Canada, CBC Radio Two, Le Devoir, le Mouvement des caisses Desjardins, Bayer inc. et &lastik Communications.