flûte (piccolo), hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussions, piano, harpe, célesta, violons, alto et violoncelle

Amuya, d’un mot inuit qui veut dire neige épaisse et fondante, a été écrit pour la trame sonore du film (et du pavillon) L’homme et les régions polaires, réalisé pour l’Expo 67. Suite à la révision et au développement effectué par le compositeur, cette œuvre, écrite dans le style post-sériel des années 60, a été créée lors d’un concert du Festival de Radio-Canada à Toronto le 20 juillet 1968 sous la direction du compositeur. Pour Walter Boudreau, Amuya «témoigne admirablement du contrôle absolu du compositeur sur son matériau… clarté et rigueur formelles sont ici associées à un sens aigu de l’orchestration. Garant, comme dans toutes ses œuvres de cette époque, se dévoile furtivement à travers une musique toute en contrastes».

[x-10]

Exécutions

Enregistrement