Œuvre intégrale/parente: Seven Spheres

Le dernier mouvement explore le temps musical par la combinaison de techniques d’écriture conventionnelles et aléatoires. L’effet général réunit les strates timbrales, les cycles temporels, et divers courants d’activité à la fois continus et fragmentés. A cette fin, l’ensemble est divisé en quatre sections: 1) violon et violoncelle, 2) trompette, clarinette, et clarinette basse, 3) piano, 4) percussion. Les parties de violon et de violoncelle sont composées et notées de façon conventionnelle, et se combinent pour créer un fond sonore continu. En contre-plan, les trois autres sections utilisent simultanément différentes techniques d’écriture aléatoire. Les vents, comme s’ils pourchassaient l’un et l’autre leur ombre, puisent à un même collage de fragments, mais chaque instrument est indépendant quant à l’ordre et à l’emplacement de ces fragments. Le piano occupe tantôt le premier plan, où il émerge de façon cyclique tel un prisme rythmique en rotation lente, tantôt l’arrière-plan, qui consiste en des passages d’accords choisis d’un mobile. La percussion improvise selon des paramètres spécifiques, alternant, un peu comme le piano, entre des constellations brillantes en surface et un fond sonore soutenu.