orchestre

Achevée en avril 1973, Chroma résulte d’une commande de la fondation Edward Johnson, grâce à une subvention du Conseil des Arts du Canada, et a été créée dans le cadre du Festival de Guelph le 5 mai 1973 par l’Orchestre symphonique de Québec sous la direction de Pierre Dervaux. Clermont Pépin décrit son œuvre ainsi:

Chroma, du mot grec «couleurs» est un jeu de couleurs sonores, de pulsations et de sinuosités rythmiques. D’un ensemble de pulsations naissent des jeux de timbres, de sinuosités rythmiques et de réverbérations sonores, groupés en une succession de fragments de durées variables et répartis en trois grandes sections.

1) «Gerbes sonores». Dialogue entre instruments ou groupes d’instruments, éclatement en pulsations et en grappes d’accords, fractionnement de l’organisation sonore en fragments irrationnels et approximatifs. Certains de ces fragments comprennent des motifs écrits en quart de ton et joués selon un tempo choisi par les interprètes.

2) «Canons rythmiques». Contrepoints et mutations de rythmes, de durées et de timbres, séparés par de longues respirations et caractérisés par le contraste des timbres et des registres utilisés.

3) «Post-Canon». Conclusion des deux sections précédentes. Des fragments autonomes rappellent, par intermittence, les gerbes sonores de la première section: pulsations, éclatements, dialogues. L’œuvre se termine par un commentaire aux cordes, dominé par quelques interventions aux flûtes et à la harpe.

Exécution