piano solo, flûte (flûtes alto et basse), hautbois (cor anglais), clarinette (clarinette basse), basson (contrebasson), saxophone ténor, saxophone baryton, cor, trompette, trombone, tuba, guitare électrique, guitare basse, harpe, 3 percussions, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse et traitement

Le titre italien Due cose belle ha il mondo: l’ amore e la morte signifie: «Le monde possède deux belles choses: l’amour et la mort…». L’œuvre est dédiée à ma fiancée Birgit Van Cleemput. Ce titre a été choisi pour des raisons artistiques et littéraires, ainsi que pour une raison plutôt psychologique et philosophique. Je considère ces «deux belles choses» non seulement comme belles, mais surtout comme assez essentielles dans notre vie sur notre planète. La première est absolument indispensable pour faire quoi que ce soit (surtout peut-être pour composer de la musique); la seconde est le seul fait définitif de notre existence. En les joignant, j’y vois un peu le symbole du «sublime ultime». Je n’ai d’aucune façon eu l’intention d’exprimer ces pensées/cet état d’esprit dans la musique. Je laisse l’auditeur entièrement libre de (ne pas) voir quelconque relation entre le titre et les sons qu’il entendra dans cette musique.

La musique? Je pourrais en parler. Cependant, je préfère garder le silence. Elle est très bien capable de s’expliquer par elle-même.

Luc Brewaeys

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.