violoncelle

Écrit pour violoncelle seul, Ether explore l’interaction de trois lentes vagues, qui agissent sur la densité et l’agitation de la musique au travers de nombreux paramètres. Par exemple, dans une première vague, le rythme évolue graduellement d’un état relativement régulier de valeurs égales à l’apparition de motifs beaucoup plus nerveux, et vice versa. Dans une seconde vague, la musique commence du registre grave pour monter à l’extrême aigu et revenir à son point de départ. La troisième vague règle la complexité du choix des notes entendues. Ainsi le point focal d’attention oscille perpétuellement (et lentement) plutôt que de simplement représenter une façade régulière. Dans la seconde moitié de l’oeuvre, chacune de ces vagues est brouillée ou encore figée. Œuvre composée en 1988 pour la violoncelliste Bryndís Halla Gylfadóttir, qui en assura la création à Reykjavík en 1989.

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.