I- Majesté du Christ demandant sa gloire à son Père
II- Alléluias sereins d’une âme qui désire le ciel
III- Alléluia sur la trompette, Alléluia sur la cymbale
IV- Prière du Christ montant vers son Père

Ces quatre «méditations symphoniques» révèlent la conviction religieuse particulière de Messiaen, également saisie dans sa propre observation selon laquelle il visait à réaliser des idéaux mystiques par «l’émotion et la sincérité de l’œuvre musicale, qui doit servir les dogmes de la théologie catholique.» L’Ascension traduit aussi l’exploration par Messiaen du plain-chant, des rythmes hindous et du chant des oiseaux. C’est dans sa symphonie Turangalîla que ces influences trouveront plus tard leur expression la plus complète. Les titres évocateurs des quatre mouvements de L’Ascension sont aussi caractéristiques de Messiaen. La première méditation s’intitule «Majesté du Christ demandant sa gloire à son Père. “Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie.”» Les trompettes, accompagnées solennellement des cuivres et des vents, jouent un rôle majeur. Arrive ensuite le «Alléluias sereins d’une âme qui désire le ciel. “Ô Dieu, nous croyons que votre Fils est monté au ciel. Accordez-nous d’y habiter nous-mêmes en esprit”». Cette section débute par un passage pour chœur de vents s’apparentant à la toccata et elle est suivie d’un solo de cor anglais d’influence quasi-orientale. Le troisième mouvement est «Alléluia sur la trompette, Alléluia sur la cymbale. “Le Seigneur est monté au son de la trompette… Nations, frappez toutes des mains, célébrez Dieu par des cirs d’allégresse!”» Les fanfares de trompettes introduisent à nouveau un passage orchestral euphorique. La pièce se termine par «Prière du Christ montant vers son Père. “Père, j’ai manifesté ton nom aux hommes… Voilà que je ne suis plus dans le monde; mais eux sont dans le monde et moi je vais à toi…”» Le premier mouvement ayant été attribué aux cuivres et aux vents, Messiaen compose la partition du dernier mouvement pour cordes seules. Le tempo extrêmement langoureux des deux violoncelles solos, des cinq altos, des cinq deuxièmes violons et des premiers violons vient soutenir le caractère religieux intense de ce mouvement.

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.