violoncelle solo et 6 violoncelles

Messagesquisse a été composée dans le cadre du concours de composition de La Ro-chelle en 1977. L’œuvre de Boulez était dédiée à Paul Sacher, ami du compositeur et président de la Fondation de l’IRCAM (Paris), engagé activement dans le soutien de la création artistique contemporaine. Si les dédicaces en musique sont souvent simplement symboliques, le cas de Messagesquisse fait exception: l’œuvre est presque littéralement construite autour de Sacher, tant en ce qui a trait aux hauteurs de notes qu’au rythme, à l’instrumentation et à la structure. Boulez a en effet choisi les six notes de la série centrale de son œuvre en fonction des six lettres du nom de son ami (chaque lettre de l’alphabet pouvant être associée à un nom de note), et construit son rythme en s’inspirant du code Morse correspondant à chacune de ces mêmes lettres. Le nombre de lettres comprises dans le nom de Sacher, six, correspond aussi au nombre de violoncelles de l’ensemble et au nombre de sections formelles de l’œuvre.

La première de ces sections est une brève exposition de la série «Sacher» par le soliste, sur un accord pianissimo soutenu à l’ensemble. Viennent ensuite trois variations. Dans la première, les accords soutenus présents dans l’exposition se transforment en trémolo: des gestes rythmiques en émergent graduellement, chaque violoncelle de l’ensemble s’appliquant à des figures rythmiques inspirées du code Morse de «Sacher», alors que le violoncelle solo décline sous plusieurs formes le matériel mélodique de la série d’intervalles tirée du même nom. La texture de la seconde variation, perpetuum mobile implacable, se combinera à la texture de la première dans la troisième variation dans un long decrescendo sur des accords trillés. L’avant-dernière section commence au moment où le dernier de ces trilles disparaît, pour laisser place à une cadence pour violoncelle solo. Le perpetuum mobile refait surface dans la coda, avec une force nouvelle qui se construit jusqu’aux dernières mesures.

A Deruchie [traduction française: N Pascal]

Exécutions