soprano et 9 musiciens

Orch. Gérard Grisey

In der Frühe - Um Mitternacht - Das verlassene Mägdlein - Nun wandre, Maria

Wolf Lieder, pour soprano et pour ensemble de chambre de neuf instruments, constitue l’orchestration qu’a faite Gérard Grisey de quatre chants écrits par le compositeur allemand de la fin du XIXe siècle, Hugo Wolf (1860-1903.) Les pièces In der Frühe, Um Mitternacht et Das verlassene Mägdlein sont toutes des compositions tirées des Mörike Lieder de Wolf, premier des excellents recueils sur lesquels est fondée la réputation de Wolf. Eduard Mörike (1804-1875) était le bucolique auteur de poésie naïve, idyllique et parfois pleine d’humour et à qui l’art a pu servir d’échappatoire aux sentiments extrêmes qui l’ont menacé d’envahissement tout au long de sa vie. Ses poèmes ont inspiré Wolf dans la composition de certains de ses chants les plus populaires et les plus engageants. Fait assez impressionnant, en 1888, Wolf composa en quelques mois la totalité des 53 chants du cycle des Mörike Lieder, mettant ainsi fin à l’angoisse de la page blanche qui le terrassait depuis quelque mois. L’érudit des œuvres de Wolf, Eric Sams, écrivait que la composition de Mörike par Wolf apparaît «souvent comme la renaissance de Mörike en tant que musicien». Les poèmes et la musique resplendissent d’images de luminosité et de couleur. Grisey a choisi Nun wandre, Maria comme chants orchestrés tirés du recueil de chants espagnols de Wolf. Composé entre 1889-90, le poème témoigne d’une époque où de nombreux compositeurs ont recherché des sources d’inspiration dans la péninsule ibérique. Le texte original de Nun wandre, Maria est d’Ocaña, poète de la Renaissance espagnole. Il décrit le voyage de Marie et Joseph à Bethléem. Marie, peinant et sur le point d’accoucher, reçoit des mots encourageants de Joseph qui soutient sa foi et l’encourage dans ce difficile pèlerinage.

Exécution