3 voix, orgue électrique, 4 marimbas, vibraphone et 2 carillons

La pièce est construite à partir de motifs distinctifs aux marimbas et aux glockenspiels, répétés sans cesse en déphasage (décalage métrique plus ou moins important que l’on retrouve dans Six Pianos, composé la même année). Ainsi, le motif de départ est incomplet; il se révèle progressivement à travers sa duplication, chaque répétition ajoutant des éléments supplémentaires jusqu’à l’exposition complète du motif, joué de façon déphasée d’une voix à l’autre (autrement dit «joué contre lui-même»). Ces déphasages et la présence de motifs typiques aux marimbas et aux glockenspiels donnent à l’œuvre une impression d’activité incessante ainsi qu’une richesse de timbres et de couleurs accrue par les voix de femmes. Celles-ci, comme dans Drumming (1970-1971), imitent exactement le son d’un instrument en train de jouer de courts motifs répétitifs, selon un mélange constant des voix et des instruments. Utilisées aussi pour doubler l’orgue électrique et inscrites alors dans des durées plus longues, elles confèrent à la pièce un autre type de timbre, à la fois vocal et instrumental. L’intégration de tous ces éléments foisonnants ramène l’écoute à une expérience unique, résolument tournée vers le présent, avec tout ce que cela comporte de répétitif et pourtant d’incessamment renouvelé.

[iii-13]

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.