flûte, clarinette, trombone, violon, alto, violoncelle et contrebasse

Les espaces acoustiques de Gerard Grisey est l’une des pièces fondatrices de l’école de musique spectrale. «Tout a commencé avec Périodes», déclarait Grisey dans une entrevue avec Guy Lelong. «D’un point de vue formel, la pièce consiste en une succession d’épisodes, dont le dernier m’a servi à expérimenter une technique qui gagnerait à être développée davantage. Grâce à un spectrogramme, j’ai analysé le son mi d’un trombone et j’ai produit ces principales composantes (la note fondamentale et ses harmoniques) avec les instruments utilisés dans Périodes. Cette expérience m’a ouvert les yeux sur une nouvelle pensée harmonique que j’ai par la suite appelée “synthèse instrumentale”. J’ai dû ensuite y ajouter une suite, ce qui a donné Partiels pour 18 musiciens (1975), pièce qui faisait appel aux instruments utilisés dans Périodes. J’ai ensuite décidé de composer un cycle complet qui devait commencer par une pièce pour instrument solo et se terminer avec un grand orchestre. Comme l’alto jouait un rôle dominant dans Périodes, la pièce solo a dû être écrite pour cet instrument, et c’est ainsi que Prologue pour alto solo est né».

Dans Périodes, on retrouve trois types de moments s’apparentant à la respiration humaine: les états d’inspiration, d’expiration et de repos se traduisent sur le plan acoustique en moments de tension dynamique et croissante, de relaxation dynamique et progressive et de périodicité statique. La périodicité de la pièce fait naître une nouvelle charge au moment où elle se retourne sur elle-même, en cercles répétitifs, jusqu’à ce qu’émerge une énergie nouvelle et un nouveau fil conducteur. La nature cyclique de Périodes n’a pas pour objet d’affecter le degré de précision synthétique. Les cycles sont naturels, un peu «flous», comme le battement du cœur, comme un rythme de marche, stable mais fluctuant.

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.