hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, 2 pianos, 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse

“My interest has always been in tempo.”

Toute la portée de l’œuvre de Nancarrow pourrait en fait se résumer dans cette phrase. Car le tempo n’est pas seulement l’élément premier des dimensions temporelles de la musique; il est aussi, chez Nancarrow, premier par rapport aux autres paramètres sonores. Ainsi, les hauteurs et durées seraient totalement soumises aux relations temporelles, de même que la texture aurait pour seule fonction la mise en évidence de la structure temporelle. Quant à la dimension timbrique, elle est, en apparence, totalement absente car la quasi-totalité des œuvres de Nancarrow a été écrite pour un seul instrument (ou piano à rouleau) qui, précisément, ne brille pas par sa richesse de timbre.

Vers la fin de sa vie, Nancarrow se mit à écrire à nouveau des pièces instrumentales, dont un troisième quatuor à cordes et cette deuxième pièce pour petit orchestre. «Cette pièce comprend plusieurs combinaisons de superpositions de tempi ou polytempi. Le problème principal, lors d’une exécution, est de les coordonner. Pour faciliter la tâche du chef d’orchestre et des interprètes, les polytempi ont été notés dans une mesure unifiante. Bien entendu, cela a tendance à détruire le phrasé de chacune des voix, qui se jouent au sein d’un mouvement divergeant de la battue du chef. Dans la première partie, il y a plusieurs petits canons de polytempi. La seconde partie (à peu près la seconde moitié de la pièce) consiste, après une brève introduction, en un canon strict dans un rapport de tempo de cinq pour sept, où une voix (puis plusieurs) forme un accompagnement dans un troisième tempo.» (Conlon Nancarrow)

Eric De Visscher

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.