orchestre (1010/1100/harpe, 3 perc, 10022); (1010/1100/piano, 3 perc, 11111)

«j’ai voulu écrire une pièce avec l’esprit de Bali: la danse, le rythme et surtout une explosion de vie simple et évidente»

Claude Vivier

Pulau Dewata, l’île des dieux, Bali. À son retour d’Asie en 1977, Vivier compose plusieurs des pièces qui resteront des plus marquantes parmi son répertoire, dont Pulau Dewata pour ensemble variable. Depuis sa création, celle-ci a été orchestrée pour des formations extrêmement variées: les possibilités de cette seule ligne mélodique superposée à elle-même semblent infinies et de nouveaux arrangements continuent d’être créés.

Instrumentiste dans un ensemble de gamelan à Bali, Vivier nous en dit «(…) j’étais un enfant qui apprenait de la musique.» Il guide ainsi notre écoute vers deux de ses grandes joies: la composition et la sensation d’être un enfant! Mais l’enfance, pour Vivier, est clairvoyante: «Il y a une chose qu’on ne connaît jamais dans l’art de Bali, c’est une poésie d’une énorme tristesse, cette tristesse que l’amour de la vie peut apporter à quelqu’un, pas la tristesse des êtres qui n’aiment pas la vie, la tristesse de ceux qui aiment profondément la vie.»

Martine Rhéaume

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.