2 pianos et 4 percussions

Créé initialement pour un ballet, Sextet se compose de cinq mouvements enchaînés, avec une brusque modification du tempo. L’œuvre est ainsi construite comme une arche: le premier et le cinquième mouvement sont rapides, le second et le quatrième, joués dans un tempo modéré alors que le troisième mouvement est lent (soit A-B-C-B-A). Ces modulations métriques, alliées à des rapports harmoniques complexes et à des configurations distinctives entre les mouvements (1-5, 2-4), donnent l’impression de franchir différents paliers d’un itinéraire foisonnant où le connu et l’inconnu se mêlent. Cette ambiguïté tient non seulement à la nature du langage musical, mais aussi à la reprise de techniques expérimentées par Reich dans d’autres œuvres, telle la structure cyclique des mouvements (The Desert Music) ou encore l’élaboration d’un motif par substitution progressive des temps aux pauses (cf. les premier et cinquième mouvements), le tout joué en canon par des instruments similaires (Drumming). À noter aussi l’influence de la musique africaine, notamment dans l’ambiguïté rythmique des troisième et cinquième mouvements. Mais les ambiguïtés ne s’arrêtent pas là: elles sont nombreuses, à différents niveaux, à différents degrés, nous invitant à les découvrir afin de mieux sentir à la fois leur caractère de surface continuellement transitoire et leur profondeur poétique.

[iii-13]

Exécutions