Jouer l’extrait audio

ensemble

Commande: NEM, avec l’aide du CAC

À Lorraine Vaillancourt qui en a dirigé la création lors d’un concert donné dans le cadre du Festival Présences à Paris en janvier 2001

Travaux et jeux de gravité est une œuvre en trois mouvements qui évoque métaphoriquement la dynamique de corps soumis à la force de gravité: gestes d’ascension ou de chute, tentatives de préserver un équilibre précaire (les mouvements cinétiques trahissent parfois le sérieux et l’effort, et dénotent à d’autres moments un esprit plus ludique, d’où l’antinomie des «travaux» et «jeux» du titre. Les images sont illustrées musicalement par différents paramètres. Par exemple, la tenue d’un intervalle consonant de quinte au tout début de l’œuvre suggère des gestes de poussée et de retombée par les phases successives d’augmentation et de diminution de l’intensité du volume sonore, coordonnées avec des transformations progressives du timbre. Dans les mesures suivantes, l’idée d’ascension est réalisée par l’accumulation progressive de notes par-dessus la sonorité de quinte initiale. Par ailleurs, l’association très suggestive entre mouvements mélodiques et trajectoires physiques est abondamment exploitée. Les fréquents balancements de seconde ou de tierce évoquent les oscillations d’un équilibre instable. Dans le dernier mouvement, des poussées soudaines sont suggérées par un rapide motif de cinq notes ascendantes, qui s’amplifie, s’allonge, et vient se buter sur une limite supérieure dans les dernières pages, comme un plafond qu’on ne peut dépasser, et qui signale la fin de l’œuvre.

Des contrastes généraux de texture et de caractère individualisent les trois mouvements. Le mouvement médian développe une conception plus intérieure et chambriste, et adopte une écriture polyphonique plus ornée que les mouvements initial et final où s’affirme un caractère symphonique plus marqué. La trame de l’œuvre se distingue d’une syntaxe traditionnelle fondée sur l’effet de progression résultant de l’enchaînement d’accords et de motifs distincts. Ici se déploie un discours allusif, qui se développe par la transformation progressive et la ramification des événements musicaux, qui tissent leur toile sur les fils posés par les gestes précédents.

  • Partition disponible auprès de CMC, Région du Québec (bureau à Montréal).
  • Enregistrement: disponible au bureau de la SMCQ

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.