voix, flûte, piccolo, clarinette, basse, violon, violoncelle, piano, percussions et traitement

I. L’invisible debout / II. Jusque / III. De part […] En part / IV. Devant tout autour / V. L’inachevé à son faîte

Voi(Rex) a été composée à partir de poèmes de Lin Delpierre, extraits d’un recueil intitulé Le testament des fruits, qui ont été librement agencés voire parfois mélangés. Si le sens du texte demeure assez souvent perceptible et sert l’expression globale de la pièce, sa structure conditionne également certains aspects de cette dernière. Les poèmes sont également employés comme matériau phonétique et suggèrent de nombreux figuralismes répartis tout au long de la pièce. La calligraphie des lettres elle-même, dans le prolongement de ces sortes d’archétypes mélodiques que sont les formes d’ondes, est utilisée comme génératrice de modèles rythmo-mélodiques et de trajectoires spatiales. Enfin, certains mouvements scénographiques empruntent aux poèmes des gestes d’écriture et de ponctuation.

La pièce est en cinq mouvements précédés d’une courte introduction. Chacun de ces mouvements s’appuie sur une ou plusieurs caractéristiques qui lui sont propres. L’idée dominante de la pièce est la confrontation de différents types de modèles. Ce qu’on pourrait appeler: le modèle du modèle. Tout d’abord la chanteuse a enregistré les poèmes au plus près de gongs et d’un tam-tam qu’elle mettait en résonance par sa voix. Cela a donné, après analyse, les éléments harmoniques utilisés tout au long de l’œuvre. Dans le même temps, elle a enregistré une séquence d’improvisation à partir de certains modes de jeux vocaux. Les sons enregistrés ont été choisis, isolés et travaillés uniquement par montage sans aucun traitement. Ils lui ont alors été présentés comme de nouveaux modèles. La chanteuse devait donc s’imiter elle-même, mais après enregistrement microphonique et élimination de certaines parties des sons qu’elle avait enregistrés la première fois. De cette façon, s’est créé peu à peu un corpus constitué d’éléments vocaux qui a pu alors servir lui-même de modèle aux instruments et à l’électronique. Un certain nombre de modèles technomorphes ont également été utilisés dans un «aller-retour» constant entre voix, instruments et dispositif électronique.

Je remercie vivement Frédéric Voisin sans qui cette œuvre n’aurait jamais pu voir le jour, Donatienne Michel-Dansac pour son grand talent et sa patience, et Gilles Leothaud pour ses très précieux conseils concernant l’écriture de la partie vocale.

Voi (Rex) est une commande de l’Etat et de l’Ircam-Centre Pompidou, réalisée à l’Ircam avec le concours de Frédéric Voisin, assistant musical. Elle est dédiée à François Paris.

Philippe Leroux

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.