Jouer l’extrait audio

violon et grand ensemble

Commande: SMCQ, avec l’aide du CAC

Création: 9 décembre 1999, Triplé, Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau, Montréal (Québec)

À Julie-Anne Derome, aux musiciens de la SMCQ et à son directeur artistique, Walter Boudreau

On trouve le terme volando dans plusieurs partitions de piano d’Alexandre Scriabine. Ainsi, le second mouvement de la Sonate no 4 porte l’indication «Prestissimo volando». La Sonate no 5 compte également, parmi les nombreuses expressions qui jalonnent son unique mouvement, un Leggierissimo volando». Dans les deux cas, la musique se fait légère, rythmée et haletante. En l’utilisant comme titre de ce concerto, j’ai voulu évoquer la «capacité de s’élever et de se déplacer dans les airs» du violon. Volando: chuter, gravir, accélérer, ralentir, virevolter…

En deux mouvements, le parcours de l’œuvre se nourrit d’une relation serrée, quasi mimétique, entre soliste et orchestre: l’élan de l’un entraîne celui de l’autre dans une série de décalages qui rappellent par moments le processus d’hétérophonie. La trame harmonique est fortement hiérarchisée par la récurrence de pôles sonores et par les réseaux de notes communes qui relient l’ensemble des accords; le résultat est une musique qui se déploie donc de façon très directionnelle.

  • Partition disponible auprès de CMC, Région du Québec (bureau à Montréal).
  • Enregistrement: CD: Atma ACD 2 2282

Exécution

Enregistrement

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.