Jouer l’extrait audio

chœur et soprano

«entrer en musique comme on entre en prière»

Claude Vivier

Soupir! La mélodie et même l’harmonie de Jesus erbarme dich – en français, Jésus prends pitié – sont entièrement basées sur le motif du «soupir», un motif descendant présent dans des œuvres musicales depuis plusieurs siècles. La courte œuvre de Vivier en prend une couleur à la fois inquiétante et riche; un simple intervalle faisant écho à la simplicité du texte: la phrase «Jésus prends pitié» répétée et échangée de la soliste au chœur.

On retrouve dans cette œuvre de 1973 le mysticisme de Claude Vivier, son goût du rituel encore fortement lié au dogme catholique, près de huit ans après que le séminaire lui ait refusé l’accès au sacerdoce, qu’il croyait sa vocation. On peut voir dans ce kyrie le point de passage d’une forme rituelle fixe – la messe catholique – aux rituels personnels que Vivier met en place dans ses œuvres.

Martine Rhéaume [viii-07]

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.