Jouer l’extrait audio

soprano solo et ensemble

Véritable tour de force pour soprano et orchestre de chambre, Mysteries of the Macabre est représentative de la virtuosité caricaturale, ironique et absurde du compositeur hongrois. L’écriture vocale de cette pièce particulière a pour racine les airs de colorature éclatants de Rossini et Mozart, exigeants sur le plan technique, mais composés dans la tradition vocale — malgré ses grands défis au niveau des intervalles et du rythme. Mysteries of the Macabre est un arrangement de Elgar Howarth des trois airs chantés par le personnage de Gepopo dans l’opéra de Ligeti Le Grand Macabre (1974-1977). La pièce peut aussi être interprétée par une trompette solo (à la place de la soprano) et ensemble, depuis que le trompettiste suédois virtuose Hâkan Hardenberger s’est retrouvé dans l’obligation de remplacer une soprano malade à la dernière minute dans une représentation à Vienne.

Gepopo, chef de la police secrète de Brueghelland, prévient le Prince Go-Go et la population de Brueghelland qu’une énorme comète dans l’espace détruira bientôt leur planète. Malheureusement, Gepopo est dans un état d’hystérie et de paranoïa intenses qui le paralysent, à un point tel que son discours est inintelligible. Le Prince Go-Go, surtout intéressé par un repas copieux, ne saisit pas les messages d’alerte de Gepopo, n’améliorant pas l’état de panique de Gepopo qui s’élance dans des convulsions vocales vertigineuses, jusqu’à la finale angoissante. L’orchestre de chambre imite et accompagne d’une manière grotesque le soliste, avec des chants de coq au contrebasson, un solo de trombone sinistre, des sifflements et chuchotements. Le compte à rebours est crié par les musiciens, alors que Gepopo appelle désespérément à l’aide… — Barbara Hannigan

[iii-09]

Exécutions