violon, violoncelle et piano

Ce trio est constitué de plusieurs moments musicaux inspirés des carnets d’esquisses de Marcel Proust. Proust est, entre Anne-Lise Gastaldi (pianiste et fondatrice du trio George Sand) et moi, comme un lien réflexe. Cette partition, qui lui est dédiée, est un hommage à la musique de Vinteuil (le compositeur en partie fictif de La Recherche du temps perdu), mais aussi une méditation sur les arcanes de l’invention proustienne. La phrase utilisée comme titre de ce trio est une sorte de mémento griffonné par Proust sur le folio 45 (verso) du Carnet 4 (1914-17) — phrase qui est liée au détail d’un tableau de Bruegel ainsi qu’au rougeoyant Septuor, la dernière œuvre de Vinteuil.

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.