piano réel et support (pianos enregistrés)

Création: 25 novembre 2010, Récital hommage à Gilles Tremblay, Chapelle historique du Bon-Pasteur, Montréal (Québec)

C’est Gilles Tremblay qui m’a fait découvrir la notation en mobile, utilisée pour définir des passages où l’interprète se voit confier certains choix dans son jeu (articulations, hauteurs, dynamiques, durées, etc.), générant ainsi des interprétations potentiellement distinctes à chaque exécution. C’est un peu dans cet esprit que j’ai composé ce Jeu en fractions et rimes, rêve d’une musique utopique que je dédie chaleureusement à Louise Bessette et à Gilles Tremblay. L’interprète est appelé(e) ici à jouer à sa guise (ad libitum) le texte musical offert sur la page — noté sans phrasés, nuances ou indications de pédale — en naviguant au fil des multiples systèmes, pour rimer à sa guise (de tous les degrés dynamiques séparant ppppp et F) avec la musique entendue sur haut-parleurs, elle-même version virtuelle (que j’ai enregistrée) et quasi-identique à la partition du piano acoustique soliste. J’ai introduit des différences (hauteurs et durées) entre la version virtuelle et la partition lue en direct pour créer un jeu de mouvements entre images claires (où le piano réel mimerait exactement la version virtuelle) et images plus ou moins floues (où le piano réel n’est plus tout à fait simultané ou identique aux pianos virtuels). Ici, la plus belle part est réservée au piano soliste, qui scintille et enlumine, par son timbre réel organique distinct, pour rassembler les fragments de la partition en un cantus joué à voix basse (dans une échelle dynamique hyper-minimale) en ajoutant ad libitum de longues plages de résonances de sons harmoniques et autres transitoires réelles à la masse liquide des pianos virtuels.

Exécution