piano (piano jouet, accessoires)

L’œuvre est dédiée à ses 22 dédicataires. Ceux-ci sont soit les généreux commanditaires d’un ou de plusieurs des 22 mouvements ou des dédicataires (vivants ou décédés) que j’ai choisis pour compléter.

Écrire «pour» le piano…

L’écriture pour le clavier de Bach, Scarlatti, Mozart, Schumann ou Scriabine, tout comme celles plus récentes de Messiaen, Ligeti, Feldman, Vivier, sont dans mon approche du piano des influences que j’assume pleinement et dont je tente de tirer mon miel en me tenant à l’écart de toute notion de «nouveau» et d’«ancien», d’«usé» et de «neuf». Ces vieilles querelles conceptuelles du 20e siècle ne m’intéressent pas.

J’aime aussi penser que plus notre bagage est lourd, plus nous nous devons d’aspirer à une forme de légèreté face à la vision inégalée de l’histoire de l’art à laquelle nous avons aujourd’hui accès, qui ne doit pas paralyser l’artiste et l’amener à se terrer dans de sombres concepts hermétiques. La notion de jeu devient alors essentielle. C’est pourquoi je me réjouis d’être aujourd’hui en compagnie de Kurtág et de ses «jeux» pour piano.

Ce qui m’intéresse, c’est de tenter de faire voyager l’auditeur, le saisir avec des sonorités, et qu’importe que soient utilisés à cet effet des accords ou intervalles consonants ou dissonants. Je ne me suis donc, pour cette pièce, rien interdit ni obligé en ce qui concerne la matière sonore que j’ai utilisée.

J’ai aussi rajouté quelques accessoires au piano, notamment un piano-jouet, pour ornementer les atmosphères sonores recherchées, mais sans vouloir tomber dans le «gadget». C’est pourquoi ils ne sont utilisés que dans certaines cartes-mouvements.

… d’après les arcanes majeurs du tarot?

L’aspect divinatoire du tarot m’a beaucoup moins intéressé ici que le côté initiatique indéniable que propose le parcours des 22 arcanes majeurs. C’est plutôt l’évocation d’un cheminement spirituel qui m’a interpellé, du Bateleur (Carte I) qui possède en main les éléments jusqu’à La Plénitude du monde (Carte XXI), en passant par diverses étapes de construction et reconstruction comme La Mort (Carte XIII) la Maison-Dieu (Carte XVI) ou d’introspection et de quête comme L’Ermite (Carte IX) ou Le Pendu (Carte XII).

C’est donc une sorte de parcours initiatique, à la fois humain, spirituel et riche en contrastes que suggèrent les 22 arcanes majeurs du Tarot de Marseille que j’ai souhaité ici évoquer musicalement.

[ii-16]

Exécutions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.