batterie, orchestre de chambre et 6 percussions

Commande: SMCQ, avec l’aide du CAC

Création: 13 septembre 2012, L’Homme et son désir, Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau, Montréal (Québec)

Inspiré de Saul Bass, créateur de génériques de film et graphiste novateur, The Man With the Golden Arms est écrit pour un batteur brillant mais aussi particulièrement sensible au dessin et à la forme. Bass renouvelle le langage graphique en s’inspirant de formes mathématiques appelées courbes de Lissajous, représentations visuelles de mouvements harmoniques complexes aux pourtours rectangulaires telles qu’on retrouve en vedette dans les génériques de Vertigo de Hitchcock. Les génériques de Bass pour le cinéma consistaient en une esthétique de lignes vives, de silhouettes, de contrastes puissants et de couleurs pures. Ce concerto cherche à saisir en musique toute la géométrie, le mouvement, le déroulement, le rythme, la texture et l’esprit que présente l’art de Bass. Son iconographie trouve écho dans le travail de composition alors que de nombreuses formules classiques de batterie servent de points de départ. Ce qui commence en tant qu’archétype se transforme en quelque chose d’à la fois familier et inconnu. Le paradiddle au groove «clinique» de Steve Gadd, le jazz filtré à travers la musique classique des bandes sonores d’Elmer Bernstein ainsi que le jeu athlétique moderne appelé «blast beats» — tous servent de points de départ. À travers le prisme de notre mémoire collective, les grooves se tordent et s’étendent au-delà de leur difficulté déjà considérable pour se combiner en un modèle de complexité harmonieuse et raffinée, tout en étant rendus avec la virtuosité nonchalante de The Man With the Golden Arms.

Nicole Lizée [traduction française: Ariadne Lih, ix-12]

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.