baryton

Transposable à différentes tessitures vocales, cette partition n’est basée sur aucun texte, mais plutôt composée sur des phonèmes sélectionnés pour leurs pures qualités acoustiques. Un fragment de mélodie écossaise, révélé brièvement durant la pièce, est à l’origine d’un double réseau de déconstructions. Une première voie suit une sorte de flux de conscience, à la manière d’un vague et mélancolique regard sur un paysage pluvieux par la fenêtre. Une deuxième explore au moyen d’onomatopées la sonorité même de la pluie. L’œuvre fait appel à une panoplie de techniques qui enrichissent le timbre de la voix: voix nasale, yodel, modifications diverses du vibrato, manipulations manuelles du son, variations microtonales, consonnes percussives. tous ces jeux vocaux ont un caractère brut et sauvage qui évoque la magnifique dureté des panoramas rocheux et marins d’une Écosse de légende.

Vincent Ranallo [iii-13]

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.