piano à quatre mains

La pièce a été écrite pour mes amis Waka Hasegawa et Joseph Tong. C’est très important pour moi de savoir pour qui j’écris lorsque je compose car je suis toujours inspiré par les musiciens qui vont interpréter la pièce, et cette inspiration me vient aussi de leurs personnalités; ils peuvent être des amateurs de sport, de film ou des fins gourmets. Je connais assez bien Waka et Joseph; ils arrivent à être mariés et à partager un piano! Ce fut mon point de départ. En effet, l’idée d’un mari et de sa femme partageant un piano était très sensuelle pour moi, je voulais que ces quatre mains soient le plus proche possible lorsqu’elles jouent. De plus, j’aimais bien l’idée de les voir tenir les notes silencieusement de sorte que quand les autres notes sont jouées, ces notes silencieuses se font soudainement entendre; je voulais laisser les accords créer la dynamique des deux pianistes. Il arrive souvent dans un partenariat que l’action de l’un influe discrètement sur l’autre et pour moi c’est une expression d’amour. Par ailleurs, il est évident que si un autre duo voulait jouer cette pièce il ne serait pas nécessairement marié pour le faire. Cependant, cela serait bien d’imaginer que d’autres pianistes pourraient le devenir après avoir joués Half-Remembered City et peut-être que par la suite je pourrais ouvrir une agence matrimoniale! La composition de la pièce a été influencée par le fait qu’elle pouvait être interprétée au Japon, mon pays natal. Je pensais à la vie typique d’écolier ultra occupé que mène mon fils là-bas: aucun jour de repos. C’est peut-être la raison pour laquelle cette pièce a tant d’éléments contrastés qu’on peut comparer aux journées très occupées des écoliers japonais. — Dai Fujikura

Simon et moi avons clairement résisté à son chant de sirène. Lors de certains passages, quand nos doigts se tordent et s’articulent comme un puzzle sadique et nos mains portent de nombreuses coupures et égratignures qui sont le résultat de changements et de variations extrêmement rapides de la position des mains, nous nous demandons si Dai ne décrivait pas inconsciemment d’autres aspects moins réjouissants de la vie matrimoniale. — Greg Oh

Traduction: Safia Djerroud

Exécution

  • Toca Loca [Photo: Martine Doucet]
    Dimanche 24 février 2013