violon, traitement, ombres et système vidéo interactif

Création: 2 mars 2015, Nadia Francavilla, violon • Montréal / Nouvelles Musiques 2015: Ombres synesthésiques, Salle Jacques-Custeau — Le Gesù, Montréal (Québec)

Cette œuvre est une libre exploration de la poésie et des images que peuvent inspirer les ombres qui nous accompagnent pendant toute notre vie et même au-delà, selon de nombreuses mythologies et croyances de plusieurs cultures antiques qui les relient à la survivance de l’âme des défunts, fantômes et autres superstitions. Les grands esprits de l’humanité ont toujours été interpellés par l’énigme de l’ombre, comme Platon qui dialoguait avec la sienne, puis Galilée qui a révolutionné l’astronomie grâce à ses observations de l’ombre sur la lune. Les ombres sont aussi à l’origine des études des lois de l’optique et de la lumière, qui donneront lieu à l’invention des lanternes magiques. En Asie, elles sont la source de grandes traditions de spectacles d’ombres projetées. L’ombre recèle donc une foule de sources d’inspirations dont j’ai tenté d’interpréter le sens de trois façons, soit en considérant l’aspect de la sensation, celui de la direction, ou celui de la signification.

[i-15]

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.