guitare, piano, saxophone, alto et traitement

Dialoghi con Paul Celan est la troisième partie de ma trilogie (avec Nach Atemwendei, pour flûte basse, et Sprachgitter, pour quatuor à cordes) sur Paul Celan.

Un jour, Luigi Nono se demanda: «Pourquoi un son doit-il être suivi d’un autre son?». À travers cette réflexion, le compositeur sema un doute de manière puissante et profonde sur certaines idées traditionnelles. Il posa cette question car un son est une unité finie qui émerge du silence avant d’y retourner immédiatement. Il y a un risque constant que tout puisse être complété à tout moment et que, par conséquent, puisse finir à n’importe quel moment. Cette œuvre s’inscrit dans la continuité de mes recherches sur la relation entre le son et le mot. J’emprunte ces mots à Celan, dont la poésie a suivi ce même chemin vers le silence, ce qui est aussi en lien avec mes réflexions sur les possibilités de la composition.

[traduction française: Sabrina Toty, ii-15]

Exécution