clarinette, saxophone alto, clarinette (clarinette basse), 4 percussions et support stéréo

Ballet commandé à Pierre Mercure par les Grands ballets canadiens pour l’inauguration de la Place des Arts de Montréal (1963). D’après une idée de la chorégraphe Ludmilla Chiriaeff, la forme est suggérée par le rythme et la nature des saisons de la vie, les mouvements étant associés aux couleurs: vert, jaune, rouge et blanc. Décors et costumes étaient signés Jean-Paul Mousseau. L’œuvre fut mise en répétition, mais ne fut pas présentée par suite de l’annulation du festival auquel elle était destinée. La partition est écrite pour clarinette, clarinette basse, saxophone alto, percussion et bande magnétique. En décembre 1964, l’œuvre fut enregistrée sur étiquette Columbia (ML et MS-6763, repiquée sur CD 4 — ACM 35) par des membres du Toronto Philharmonia Orchestra sous la direction de Walter Susskind. La bande magnétique originale est introuvable depuis.

Redécouverte et reconstitution

Dans les années 1995, Mario Gauthier, alors réalisateur à la Chaine Culturelle, retrouvait dans une brocante divers rubans de la SRC portant la mention «musique électronique». Sachant que Pierre Mercure avait souhaité, vers 1963, y fonder un studio de musique électronique, il conserva ces fragments, croyant qu’ils étaient des reliquats de ce studio. En 2009, Éric Mattson, commissaire des événements «Je me souviens», lui demande de faire une brève conférence autour des œuvres de Pierre Mercure. C’est en préparant celle-ci qu’il constate que ces fragments sont partiellement ceux de Tétrachromie. Immédiatement, il lui semble fondamental de «refaire» Tétrachromie à partir de ce matériel afin de la rendre de nouveau accessible. Il y travaillera à temps perdu jusqu’à ce qu’en 2015, la SMCQ lui donne l’occasion de la diffuser. Grâce au soutien du CALQ et du CAC, il s’entoure alors d’une petite équipe et y travaille d’avril à maintenant. L’œuvre est donc donnée en première montréalaise, près de 55 ans après l’annulation de sa création initiale.

Remerciements tout particuliers à Éric Mattson sans qui cette redécouverte n’aurait jamais été possible, à Michelle Mercure, qui nous a généreusement ouvert l’accès au fond Mercure de la BANQ et à Walter Boudreau pour son soutien de tous les instants. La création de cette œuvre a été rendue possible grâce à l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada.

Mario Gauthier [ix-16]

Exécution

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.