piano, violon, alto et violoncelle

Pour le peuple Anichinabé, l’eau est plus qu’un simple élément. Elle est incarnée d’un esprit qui mérite honneur et respect, d’autant plus que chaque étendue et courant d’eau a une personnalité et une façon de s’exprimer qui lui est propre. La voie maritime du Saint-Laurent fut un pilier central de la vie des peuples indigènes durant des siècles. La musique décrit, en alternance, la puissante et sereine Gichigammi-Ziibii (Big Sea River), sur laquelle des canotiers bombardent les berges de flèches durant la pêche et la chasse, et les voix de niibi-manidoog ou les esprits de ceux qui traversèrent ces eaux il y a fort longtemps.

[traduction française: Paul Lavoie pour Concerts aux Îles du Bic, i-19]

Exécution