piano

Création: 25 février 2021, Montréal / Nouvelles Musiques 2021: Poesiole — Hommage à Silvio Palmieri, Montréal (Québec)

Au cours des semaines précédant son décès, Silvio Palmieri a évoqué le désir d’écrire une courte œuvre apparentée au mobile, sorte d’improvisation notée partiellement, pour qu’elle constitue a posteriori le quatrième de son cycle de onze préludes, cycle composé au fil de sa vie et qu’il qualifiait lui même de «journal intime». Pourquoi ce No.4 était-il resté inexistant, alors que tous les autres existaient? Il y a sans doute ici un peu de fantaisie et nous laisserons planer le mystère. L’intention musicale était, dans ses mots, de préparer un «moment», pour ainsi «créer à partir du do# et de ses harmoniques un tissu spectral flottant.» Ce do#, qui correspond de fait à la hauteur de l’acouphène dont il a souffert, devient la fondamentale de l’œuvre.

Silvio avait aussi exprimé le souhait d’intégrer un court poème à la partition afin de suggérer une inspiration, un «esprit» à l’interprète. Dans le bouleversement qu’a engendrée sa mort prématurée, cet Ultime combat annoncé par le titre, je lui ai écrit en octobre 2018 un poème, qu’il a choisi pour figurer dans la partition, au côté des harmoniques notées et des quelques indications articulant l’évolution temporelle de ces quelques minutes hors du temps. Silvio n’ayant pu écrire cette partition, c’est avec l’aide de ses indications que Serge Arcuri et moi avons pu en réaliser cette version.

A Silvio Palmieri
Dénoue le silence
Celui qui habite l’intérieur de la neige
Celui qui répète l’énigme de la lumière
Rapproche l’éclair et le tonnerre jusqu’à les réunir
En une seule blancheur

Marc Hyland [i-21]

Exécution