Symphonie du millénaire

En «toupartouphonie»

Une œuvre collective de 19 compositeurs
pour 333 musiciens, 2000 carillonneurs, 15 clochers, grand orgue, un carillon de 56 cloches et deux camions de pompiers

Ça n’aura eu lieu qu’une fois

«L’un des projets les plus fous imaginés pour saluer le nouveau millénaire» selon le magazine français L’EXPRESS, la Symphonie du millénaire n’aura eu lieu qu’une fois. Ce méga concert gratuit pour toute la famille a été un rendez-vous unique, l’occasion de vivre une expérience sonore inoubliable.

Du jamais entendu — du jamais vu: 19 compositeurs et près de 2 500 interprètes

Imaginez la scène: le 3 juin 2000, au coucher du soleil, près de 2500 interprètes attaquèrent les premières notes d’une méga symphonie de 90 minutes. Littéralement enveloppé par le son de 15 clochers et de 15 ensembles répartis sur le site de l’Oratoire, le public a assisté à la première mondiale d’une œuvre écrite par 19 compositeurs. Un peu comme si vous étiez au centre d’un gigantesque instrument de musique, l’amplification des ensembles créa un champ sonore enveloppant et uniforme en «toupartouphonie». Le site fût transformé en une scène de 1 kilomètre carré pouvant accueillir plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Une œuvre sans commune mesure avec l’habituel

Basée sur le thème grégorien du Veni Creator, la Symphonie du millénaire est ponctuée par les plus grands appels de cloches que l’on puisse imaginer: 2000 carillonneurs agitèrent leur cloche à des moments précis de l’œuvre, dirigés par 5 chefs; 15 clochers montréalais préenregistrés ont chacun été attribués à un compositeur et se trouvaient ainsi intégrés à la partition. Et s’ajoutent à cela le carillon de 56 cloches de l’Oratoire et les cloches de 2 camions de pompiers des années 20 et 50.

Les carillonneurs

Les carillonneurs, qui n’avaient besoin d’aucune formation musicale, étaient assis au centre du site et faisaient résonner leur cloche à travers tout le pays par l’entremise de la Chaîne culturelle de Radio-Canada. Les cloches des carillonneurs ont été coulées par la Fonderie Obertino en France, elles sont en bronze, gravées et numérotées.

Les 15 ensembles

Le soir du 3 juin 2000, ils étaient tous là pour vous faire vibrer à l’unisson: L’Arsenal à musique, Codes d’accès, Chants Libres, l’Ensemble contemporain de Montréal, Les Idées heureuses, I Musici, Musica Camerata, le Nouvel Ensemble Moderne, l’Orchestre symphonique de Montréal, les Petits chanteurs du Mont-Royal, Productions SuperMémé-SuperMusique, le Quatuor Molinari, la Société de musique contemporaine du Québec, le Studio de musique ancienne de Montréal, sans compter les grandes orgues de l’Oratoire et les membres de la Musique du Royal 22e Régiment en tenue d’apparat déambulant sur le site.

Walter Boudreau et Denys Bouliane, directeurs artistiques

L’idée originale de ce projet inouï appartient à Walter Boudreau, directeur artistique de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) qui, il y a trente ans avait imaginé cette aventure, assis sur la montagne en contemplant la ville et ses clochers aux petites heures du matin… C’est au compositeur Denys Bouliane qu’il s’est associé, en tant que co-directeur artistique, pour donner forme à son rêve. Ensemble, ils ont réuni une équipe de 19 compositeurs qu’ils ont dirigée dans les méandres d’une partition qu’interprétèrent les ensembles de tous les horizons, tant de musique ancienne que de musique classique et contemporaine.

Certainement l’événement musical le plus important de l’an 2000 en Amérique du Nord, la Symphonie du millénaire était une célébration grandiose, un moment unique où ont été réunies les forces vives du milieu en un moment de communion ultime, en ce lieu hautement symbolique qui constitue l’un des sites les plus remarquables du patrimoine montréalais.